Archives numériques : travail, commerce et artisanat
Les ouvriers vivent souvent près de l’usine, à quatre dans une même pièce. La maison d’une famille est généralement composée d’une pièce, d’un cellier, d’un grenier. Selon leur salaire, certains ouvriers possèdent un potager, un poulailler, une soue à cochon. Pour résister aux conditions très dures de leur métier, ils se nourrissent de pain auquel s’ajoute du bœuf, des œufs, du lard ou du fromage. Les fêtes, les succès dans le travail, les récompenses du patron ou d’un client sont quelquefois l’occasion de se réunir au cabaret où ils jouent aux cartes, discutent et boivent. Les maîtres de forges sont les fabricants du fer. Cette industrie emploie beaucoup de catégories d’ouvriers : garde fourneaux, forgerons, bûcherons, voituriers, mineurs. Les moins qualifiés nettoient les étangs, s’occupent des chevaux. Les enfants et les femmes travaillent plutôt à l’extérieur. Les enfants conduisent les mulets, empilent les bûches en forêt, lavent les mines. Les très jeunes travailleurs participent à la fabrication des boulets à canon. Napoléon favorise le progrès technique, les inventeurs, les entrepreneurs. En 1803, l‘ouvrier est obligé de posséder un livret où sont mentionnés ses déplacements. Une loi interdit aux ouvriers de se grouper pour demander des améliorations de travail.

Contact
SEHRI
11 rue de Crouy
01000 Bourg en Bresse
Les photos et documents qui forment le fonds numérique de la SEHRI sont mises en ligne dans un but patrimonial et scientifique. Elles forment une œuvre originale couverte par le droit d'auteur est régi par la loi du 11 mars 1957 et la loi du 3 juillet 1985, codifiées dans le code de la propriété intellectuelle, articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.
Crédits

Société des Etudes Historiques Révolutionnaires et Impériales

Blog de l'association


© Copyright S.E.H.R.I. Tous droits réservés.